Necromancy n°1 : Livre 1
Scénario : Nury Fabien
Dessin : Manini Jack
Couleur : Manini Jack
Genre(s) : Thriller, Epouvante
Éditeur : Dargaud
Nombre de pages : 58
Dépot légal : 09/2008

© Dargaud 2008 Nury / Manini
Auteur de la chronique : Sir Hogan

L'action se déroule durant la fin des années 1920, aux USA, alors que la prohibition est de mise. Gordon Devries, un mafieux aux multiples relations qui lui permettent de ne pas trop avoir d'ennuis, se livre à un trafic d'alcool très rentable. Pendant ce temps, Auguste et Cortes pillent la tombe d'Henry Lindsay, qu'ils ramènent ensuite à la vie dans le but d'obtenir des renseignements sur l'ancêtre d'Auguste. Ces deux affaires apparemment sans rapport pourraient bien finalement être liées.

Au scénario, c'est Fabien Nury (W.E.S.T) qui semble être avec ce premier tome dans la lignée de Je suis Légion, c'est-à-dire qu'il propose une intrigue complexe qui nécessite un maximum d'attention de la part du lecteur, notamment en ce qui concerne les différents personnages ainsi que leurs relations. Sauf retournement majeur à la fin du tome 2, qui conclura ce diptyque, on ne semble pas partis pour une intrigue révolutionnaire, mais il faut dire que le talent de Nury dans le découpage du scénario donne un rythme haletant au récit, l'action est fluide, parfaitement construite, et en refermant ce premier opus le lecteur se sentira vraiment frustré de ne pas connaître la suite, ce qui n'est malheureusement pas si souvent le cas que ça. Au final un tome 1 bien huilé qui tient vraiment le lecteur en haleine et qui promet beaucoup pour la suite, même si l'on peut peut-être parfois regretter que les faits ne soient pas plus explicites.

Au dessin, Manini livre ici une très bonne copie. La couverture, tout d'abord, est "tape à l'œil", avec son dégradé du rouge au noir en arrière plan et ce visage d'une blancheur macabre. Une fois n'est pas coutume, cette couverture attire paradoxalement l'attention du lecteur plus par son côté rebutant que par son côté attractif. Le trait est assez régulier, et bien que le style de Manini ne soit pas des plus originaux, son coup de crayon est plein de caractère et on ne distingue finalement pas trop mal les différents protagonistes du récit, même si ceux-ci sont nombreux et interviennent parfois assez peu.  L'ambiance sombre des années 1920 couplée à un récit parfois assez morbide sont très bien rendus au niveau des couleurs, et les effets de lumières sont eux aussi particulièrement réussis; là encore on sent toute l'expérience et tout le talent de Manini.

En bref, un scénario bien ficelé et à suspense, servi par un dessin de qualité, et une histoire finie en deux tomes aux sorties rapprochées, ce qui évite la trop fréquente attente interminable entre le début et le dénouement d'une série. Un album pas indispensable certes, mais qui permet de passer un agréable moment de lecture.

>> Venez discuter de la chronique sur notre forum

Notes







Scénario :
13/20
Une intrigue intéressante, et surtout un scénario qu'on sent parfaitement maîtrisé, Nury sait où il va et cela se voit. Seul point noir : c'est difficile à suivre.

Dessin :
13/20
Dessin agréable, parfois légèrement irrégulier, mais qui ne plaira peut-être pas à tout le monde. Les personnages pourraient tout de même être mieux différenciés.

Couleur/N&B :
15/20
Parfaitement adaptées à l'ambiance du récit, une réussite.

Contamination :
13/20
Un grand suspense, et une grande envie de plonger dans la lecture du tome 2 dès sa parution.

Édition :
11/20
La couverture et la date de sortie du tome 2 sur le quatrième de couverture c'est bien, mais sinon rien d'exceptionnel.