Ecole bleue n°1
Scénario : Irie Aki
Dessin : Irie Aki
Couleur : Irie Aki
Genre(s) : Romance, Conte, Manga
Éditeur : Kana
Nombre de pages : 256
Dépot légal : 10/2008

© Kana 2008 Irie / Irie
Auteur de la chronique : Cain

À travers huit histoires indépendantes formant une dizaine de chapitres et se déroulant dans divers pays et à diverses époques, Aki Irie traite tour à tour de la mélancolie, de l'amour, ou encore du désir...

Difficile de trouver un fil directeur dans ce premier volume, tant les thèmes abordés sont variés, et l'ensemble pour le moins décousu. Les deux histoires touchant au surnaturel, poétiques dans leur fond et accrocheuses dans leur mise en scène, ont un certain charme : dommage que les chutes ne soient pas à la hauteur. Cette remarque est d'ailleurs valable pour les autres récits, car on reste presque toujours sur notre faim. Les nouvelles traitant d'amour et de désir, majoritaires, sont un peu pataudes et la plus accrocheuse, Albertina, conclut le volume en nous laissant elle aussi sur notre faim puisque la suite sera présentée dans le tome 2.

Clair et facile à lire, quoique pas très moderne, le dessin de l'auteur semble s'adapter à son propos et son style varie légèrement d'une histoire à l'autre. D'ailleurs, l'emploi de planches crayonnées (et sans trame) pour mettre en scène les épilogues est tout à fait surprenant, apportant une originalité supplémentaire et une légèreté de ton manifeste au traitement de ces histoires.

Le dessin est enrichi et souligné par un tramage classique, très présent mais bien utilisé, sauf peut-être sur les paysages, parfois difficiles à lire. Mais peut-être est-ce volontaire : en effet, dans le poétique récit Dans la forêt, certains éléments n'apparaîtront qu'à l'œil attentif, se confondant aux troncs d'arbre ou perdus au milieu d'un feuillage épais...

Un volume agréable à lire, donc, même si le contenu des histoires reste plutôt anecdotique. Ce genre d'ouvrage s'adresse forcément plus aux fans de Taniguchi qu'à ceux de Naruto. À réserver à ceux qui aiment réfléchir et rêver.

>> Venez discuter de la chronique sur notre forum

Notes







Scénario :
12/20
Sans fil directeur manifeste, les histoires se suivent dans une grande variété de thèmes, de tons, et de traitements. De plus, les chutes nous laissent souvent sur notre faim.

Dessin :
14/20
Fin mais un tantinet rétro, il surprend agréablement par ses variations de style.

Couleur/N&B :
13/20
Des trames peu variées mais plutôt bien utilisées.

Contamination :
12/20
Difficile de savoir à qui conseiller cet album.

Édition :
12/20
Les plus : une présentation détaillée de l'auteur et du magazine Comic Beam, où a été prépublié Ecole Bleue.