Jacques le petit lézard géant n°1
Scénario : Libon
Dessin : Libon
Couleur : Libon
Genre(s) : Humour, Jeunesse
Éditeur : Dupuis
Nombre de pages : 49
Dépot légal : 01/2008

© Dupuis 2008 Libon / Libon
Auteur de la chronique : Cain

Suite à l'explosion d'une mini bombe atomique, un lézard, prénommé Jacques, se met à parler et à penser. Et ce n'est pas tout, il devient... géant... Enfin géant pour un petit lézard, c'est-à-dire quand même un bon mètre ! Il va semer la panique dans la petite bourgade où il se trouve et vivre mille « aventures » délirantes au milieu des habitants plus que perturbés par sa présence...

Créé, imaginé et dessiné par Libon, Jacques a un charisme qui oscille entre le dinosaure pachydermique et le bon vieux toutou. La plupart des dialogues sont simples et assez efficaces, mais loin d'être hilarants, ce qui est bien triste pour une BD d'humour. Le rythme de l'histoire est un peu trop rapide, un peu trop empressé... si bien qu'on aurait aimé que certaines parties soient plus développées. Mais il n'en est rien, on passe d'un endroit à l'autre, d'une rencontre à l'autre, et aucune de ces rencontres n'a, au final, vraiment de saveur, bon nombre de situations tombant à plat. Il est plutôt évident que l'humour de l'album vise  les 10-14 ans, mais malgré tout, on ne voit pas en quoi ils pourraient être intéressés.

Le dessin quant à lui est très simple, efficace, mais sans grand intérêt. Le trait vraiment caricatural des personnages est réussi et aucun défaut notable ne semble à signaler. La plus grande partie des décors sont minimalistes, l'auteur préférant rester dans les plans rapprochés. Résultat, on ne sait pas grand chose de la ville, le tout ne prend pas réellement corps, tout semble assez artificiel.

La couleur vient souligner avec justesse et sans nuance le dessin. Si bien qu'elle n'apporte rien et qu'on se dit que l'auteur aurait aussi bien pu s'en passer, si ce n'avait pas été destiné à un public jeunesse.

Alors voilà, on ne peut pas dire qu'on a passé un bon moment, ni un mauvais d'ailleurs. La lecture est agréable, même si les choses vont un peu trop vite, peut-être à cause d'un découpage adapté à la parution presse, dans le journal de Spirou, et qui au final ne prend pas vraiment en album.

>> Venez discuter de la chronique sur notre forum
>> Lien vers des planches « plus adultes » de Jacques le petit lézard géant

Notes







Scénario :
11/20
Rigolo, par moment... mais pas souvent.

Dessin :
11/20
Le strict nécessaire... rien de folichon.

Couleur/N&B :
11/20
Banale... sans intérêt.

Contamination :
9/20
A réserver à votre petit cousin, ou même à sa petite sœur.

Édition :
11/20
Format on ne peut plus standard.