Kenya n°5 : Illusions
Scénario : Rodolphe
Dessin : Leo
Couleur : Smulkowski Scarlett
Genre(s) : Science-fiction
Éditeur : Dargaud
Nombre de pages : 48
Dépot légal : 06/2008

© Dargaud 2008 Rodolphe / Leo
Auteur de la chronique : Cain

L'action de Kenya se passe en 1947, dans une Afrique en pleine guerre froide où des événements inexpliqués se produisent. Apparition d'animaux inconnus et gigantesques, ovnis, agents secrets et tribus indigènes viennent pimenter cette histoire de SF hors normes, où l'insolite est habilement distillé au point que plus on en voit, plus on en redemande. Après 4 tomes plutôt enthousiasmants, nous retrouvons donc nos héros dans cette Afrique envoûtante, au pied du Kilimanjaro.

Coincée sur les rives du lac Victoria avec le charismatique Remington, la fragile Judith, le fantasque comte Di Broglie et 2 agents russes, Miss Austin a presque fini sa mission au Kenya. L'album reprend les mêmes ingrédients que dans les tomes précédents et les révélations sont intéressantes et à la hauteur de ce que l'on pouvait imaginer. Mais hélas, après les multiples événements qui ont eu déjà lieu, plus rien n'apparait vraiment extraordinaire dans cette fin de cycle, plus rien ne surprend. Loin de se finir en apothéose, l'album n'a que peu de saveur, les scènes et révélations s'enchaînent sans que l'aventure ne prennent réellement corps. Les héros subissent les événements sans rien faire, on ne ressent à aucun moment l'ambiance si intrigante des premiers tomes.

Le dessin de Léo (Aldébaran), lui, reste égal en qualité au tome précédent et gagne peut-être même en finesse. Les expressions des personnages sont moins figées qu'à ses débuts et les animaux de la savane tout comme le prédateur qui y sème la pagaille sont encore d'un joli réalisme. Les couleurs, chaudes et douces, viennent avec justesse souligner le dessin sans jamais lui nuire.

On en termine donc avec ce cycle, un peu déçus, d'autant que les autres séries de Léo étaient beaucoup plus denses, beaucoup plus surprenantes. On ne peut alors que s'inquiéter de l'avenir et de l'intérêt des cycles suivants. Wait and see...

>> Venez discuter de la chronique sur notre forum

Notes







Scénario :
12/20
Intéressant mais pas surprenant... et un peu mou.

Dessin :
15/20
Maitrisé de bout en bout, il gagne même en finesse.

Couleur/N&B :
14/20
Elle sert parfaitement le dessin.

Contamination :
12/20
Une des séries de Léo les moins enthousiasmantes. Dommage, elle avait bien débuté.

Édition :
11/20
Un poil cher pour un petit format. De plus, la couverture est beaucoup moins réussie que les précédentes, et sa mise en couleur assez perturbante.