Junk n°1 : Come back
Scénario : Pothier Nicolas
Dessin : Brüno
Couleur : Croix Laurence
Genre(s) : Western, Aventure
Éditeur : Milan
Nombre de pages : 56
Dépot légal : 02/2008

© Milan 2008 Pothier / Brüno
Auteur de la chronique : Cain

« Ma bande n'a pas fait exception à la règle... Elle cache un beau salopard qui, il y a dix ans, a trahi tous les autres ». C'est sur ces quelques mots que l'histoire du premier tome de Junk est construite. Un ancien malfrat réunit ses anciens compagnons pour une aventure bidon, afin de découvrir lequel d'entre eux les a trahis 10 ans auparavant. On pourrait croire à un Western bien classique, mais avec Pothier (Ratafia) au scénario et Brüno (Biotope) au dessin, tous les espoirs sont permis.

Les personnages sont originaux et intéressants. Seulement les dialogues, eux, sont plutôt banals, et c'est dommage car on espérait beaucoup du scénariste de l'excellent Ratafia. L'histoire, pourtant rondement menée, ne décolle pas franchement, on effleure à peine ce qui nous intéresse : qui est le traître ? L'aventure semble même prendre un sens presque opposé avec l'apparition d'ennemis qui semblent n'avoir que peu de rapport avec l'idée de départ.

Quant aux dessins, ils sont comme à leur habitude avec Brüno : extrêmement simples mais précis et bigrement efficaces. Les cadrages, très cinéma, contribuent à la qualité générale de la narration et à donner du rythme aux événements. Dommage que certains "acteurs" semblent être les mêmes que dans Biotope ou Inner City Blues, on aimerait voir de nouvelles têtes plus souvent. Malgré tout, chaque type de personnage est bien caractérisé.

Laurence Croix, qui a déjà mis en couleur à de multiples reprises le travail de Brüno, tombe juste et souligne parfaitement le trait si particulier du dessinateur, si bien que son travail se fait presque oublier. Point de flamboyant coucher de soleil ici, la gamme, sobre et très froide, sied bien aux paysages austères et au désert glacé traversé par les protagonistes.

Pourtant, c'est quand même un peu la déception. Oh ! l'album est très bon, les dialogues restent efficaces, mais on attendait encore mieux. Sans doute est-ce l'histoire, pas passionnante, qui tire un peu l'ensemble vers le bas. On se demande où tout ça va bien pouvoir nous mener.

>> Venez discuter de la chronique sur notre forum

Notes







Scénario :
12/20
Pas si facile d'accrocher, il manque un je-ne-sais-quoi.

Dessin :
15/20
On aime ou on déteste, mais ils sont franchement maîtrisés.

Couleur/N&B :
14/20
En parfaite adéquation avec le dessin, voire indissociable.

Contamination :
13/20
Deux auteurs qu'on apprécie, on croise les doigts et on y croit encore pour la suite et fin de ce diptyque.

Édition :
12/20
56 pages, c'est toujours agréable.